Accès direct au contenu principal

Easy Access: Healthbefr

L’AZ Monica, clinique ‘intelligente’ grâce au Wi-Fi RFID

La clinique AZ Monica plus ‘intelligente’ grâce au Wi-Fi RFID

Les années 80 ont représenté, pour l’ensemble du secteur des cliniques et des hôpitaux, une période d’automatisation toujours plus poussée. Le recours à l’informatique se limitait au début à l’administration, la comptabilité et l’enregistrement des patients. D’autres missions s’y sont ajoutées par la suite, notamment l’administration des patients et la facturation, mais même à ce stade, l’ordinateur restait cantonné à des tâches administratives. Avec le temps, le secteur hospitalier s’est lancé dans l’automatisation des processus de soins. Simultanément, les pouvoirs publics instauraient de nouvelles directives. Jadis, seule le service facturation devait savoir où tel ou tel patient était alité. La facturation s’effectuait, en effet, en fonction du nombre de jours d’hospitalisation. Les nombreux abus engendrés par ce système ont incité les pouvoirs publics à contrôler également les motifs d’hospitalisation du patient. L’objectif était d’éviter que des médecins n’hospitalisent leurs patients pour une durée plus longue que nécessaire ou que des personnes âgées soient hébergées temporairement en clinique pour des motifs inacceptables (par exemple les vacances de leurs proches).

Les pouvoirs publics imposent notamment aux cliniques l’enregistrement des mouvements des patients : par exemple, l’heure du transfert vers le bloc opératoire, le temps que les patients y ont passé, etc. « Un bon enregistrement et suivi de ces données est essentiel, étant donné que nous devons en rendre compte aux pouvoirs publics », explique Dirk Van de Vyver, directeur du campus de l’AZ Monica. « Nous avons envisagé l’utilisation de codes-barres et de scanners, mais celanécessitait qu’un membre du personnel soignant les manipulent. Et il n’est pas toujours évident d’envisager de telles formalités lorsque le bloc opératoire est en pleine effervescence. Nous avons donc cherché une solution fiable, susceptible d’être également une solution aux problèmes de sécurité que posent les fugues des patients déments. »

Les divers domaines d’application de la Wi-Fi RFID en clinique

La filiale IBM Skillteam a convaincu la clinique de s’intéresser à la Wi-Fi RFID, compte tenu des vastes perspectives qu’offre cette solution d’avenir. Le réseau sans fil, indispensable au fonctionnement de la solution, était déjà présent dans la clinique. Le déclic a eu lieu lorsqu’un service de la clinique a dû déménager, nécessitant la mise en place d’un nouveau système de détection des patients fugueurs : « Nous avons alors compris qu’installer une solution stand-alone classique pour les trois services – c’est-à-dire des balises infrarouges qui transmettent un signal au système téléphonique – nous coûterait aussi cher qu’une solution Wi-Fi RFID globale. Nous avons également réalisé qu’une solution Wi-Fi RFID résoudrait une série d’autres problèmes, tels que l’enregistrement de patients dans le bloc opératoire et le monitoring de la température des réfrigérateurs dans lesquels nous entreposons des médicaments, des poches de sang ou des denrées alimentaires, conformément à la réglementation HACCP », raconte Dirk Van de Vyver.

Skillteam a encouragé l’AZ Monica à opter pour la solution Wi-Fi RFID et a impliqué son partenaire AeroScout. Ce dernier a fourni le matériel tandis que Skillteam se chargeait de la mise en place de la solution ainsi que de la formation des personnes qui allaient assurer l'assistance locale. La configuration test a été installée fin de l'année 2009 et a été une brillante réussite. L’AZ Monica a alors confirmé sa commande. Et, lors d’une seconde phase, la solution a été étendue à l'ensemble de la clinique.

Les nombreux avantages de la technologie Wi-Fi RFID pour les cliniques

L’AZ Monica disposait à la fin 2010 de quelque 700 puces RFID (tags), dont 150 pour le monitoring des réfrigérateurs. Les autres ont été fournies pour les patients et le personnel. Chaque service s'est vu remettre cinq puces anonymes. « Pour des raisons de protection de la vie privée, ces puces ne sont pas personnalisées», explique Dirk Van de Vyver. « Nous ignorons donc quels membres du personnel soignant les portent à un moment X. Notre objectif n'est pas de pister notre personnel mais d'augmenter sa sécurité et celle de nos patients. C'est notre plus grande priorité depuis le début du projet», poursuit-t-il.

La technologie Wi-Fi RFID intervient dans de nombreuses autres applications, telles que l'inventaire et la localisation du matériel. « Ce problème reste à régler au sein de l’AZ Monica. Mais nous sommes conscients que nous nous sommes équipés de la technologie de l'avenir et qu’ au fil du temps, nous découvrirons d'autres domaines d'application. »

Ce que cela coûte ? Dirk Van de Vyver est formel : « Notre direction a été immédiatement convaincue de la pertinence de cet investissement. Ce que nous achetons, c'est de la sécurité. Le retour sur investissement ne se situe pas en priorité dans les économies que la clinique réalise, mais dans la sécurité des patients. Plus particulièrement la sécurité de l'alimentation et de la pharmacie, sans oublier la prévention par rapport aux comportements de fugue. Par ailleurs, l'enregistrement obligatoire est à présent automatisé, ce qui allège la charge de travail de notre personnel et cela cadre parfaitement dans les principes de bonne gouvernance de la clinique. »

AZ Monica: www.monica.be (Ce site ne fait pas partie du domaine ibm.com)

Besoin d’un complément d’information ?

  • Pour toute question ou information complémentaire ou un conseil personnalisé, vous pouvez prendre contact avec nous via l’adresse suivante :

 

Puis-je vous aider ?

Le moyen le plus efficace pour une réponse rapide

Content navigation

Appelez-nous au